mycose brio
Définitions M

Mycose génitale

Nom féminin. Infection génitale basse fongique de la vulve, du vagin ou, plus rarement, du pénis causée par la présence de champignons microscopiques (Candida albicans) dans l’organisme.

Comment se déclenche une mycose génitale ?

Il y a plusieurs facteurs qui peuvent entraîner des mycoses génitales. Elles touchent très fréquemment les femmes (candidose ou infection génitale basse fongique), 75% d’entre elles auront au moins une mycose au cours de leur vie. Plus rarement, elles concernent aussi quelques hommes (balanite du gland). 

Dans le vagin, il y a un microbiote, appelé flore vaginale, qui tapisse les muqueuses internes. Il comprend des milliards de bactéries, la plupart veulent ton bien. Les plus nombreuses s’appellent les lactobacilles et veillent, notamment, à maintenir le pH de ton vagin suffisamment acide pour que les mauvaises bactéries ne s’y développent pas. Ils forment avec la flore vaginale une barrière contre les pathogènes. Ces lactobacilles cohabitent avec un champignon, habituellement inoffensif, le Candida albicans (présent également dans la bouche et le tube intestinal). Lorsque ton vagin est en bonne santé, tout s’équilibre naturellement, tu n’as même pas à y penser et les choses qui doivent sortir s’écoulent avec tes pertes blanches. Mais il peut arriver que quelque chose déséquilibre ta flore vaginale et le Candida albicans prolifère de manière anormale ce qui déclenche une candidose, ou mycose génitale.

Si tu as un pénis, il est possible que tu portes aussi le Candida albicans, et que tu contactes une mycoses si ta flore microbienne, tes défenses immunitaires ou tes muqueuses sont fragilisées. Souvent tes symptômes ne perdurent pas, voire sont absents. 

Comment on attrape une mycose ?

PAS SUR LES TOILETTES.
Ça c’est fait. Voilà maintenant les vrais facteurs auxquels ils faut faire attention : 

  • L’hygiène intime excessive ou insuffisante. Ton vagin se nettoie très bien tout seul. Tu n’as surtout pas besoin de douche intra-vaginale pour être propre. Pour la vulve et le pénis, si tu souhaites utiliser un savon (bien que l’eau suffise), choisis-le avec un pH adapté et surtout pas ton gel douche habituel. Même les produits très naturels n’ont pas forcément un pH approprié. Le but est d’éviter de détruire les bonnes bactéries qui te défendent.
    Pour le pénis, lave bien le prépuce, rince-le après un rapport et sèche-le bien pour éviter l’humidité. 
  • Les vêtements trop serrés et les sous-vêtements en matière synthétique. Des vêtements inadaptés vont retenir l’humidité et la chaleur au niveau de ton sexe et favoriser la prolifération du champignon. Si tu as des sous-vêtements en dentelles synthétique, choisis-les bien avec la partie interne (en contact avec ton sexe) en coton.
  • La prise d’antibiotiques. Les antibiotiques combattent les bactéries et ont parfois du mal à différencier les bonnes des mauvaises. . Elles peuvent s’attaquer au lactobacilles et diminuer leur nombre, rendant le milieu vaginal plus vulnérable. 
  • Les rapports sexuels. Lors d’un rapport pénétrant, la mycose peut se transmettre. Ce n’est pas pour autant une IST ou MST (ce n’est pas une maladie ou infection). Porter une capote limite grandement les risques de transmission. Cependant, on te conseille de ne pas avoir de rapport tant que toi ou ton·a partenaire avez une mycose, les frictions pourraient aggraver les symptômes.
  • Une alimentation riche en sucre rapide. Le sucre peut altérer la flore vaginale.
  • Les changements hormonaux. Certaines contraceptions, les règles, les grossesses, les maladies endocriniennes, les problèmes de thyroïdes…
  • Les protections périodiques lorsque tu les gardes trop longtemps. Attention à bien changer régulièrement tampons et cup mais aussi serviettes et culottes de règles. Avant et après tes règles, n’utilise que les protections externes (culottes et serviettes), les frottements intra-vaginaux en dehors des écoulements pourraient faire des micro-lésions.
  • Le stress, la fatigue, le tabac, les déficits immunitaires…

Quels sont les symptômes ?

Il y a plusieurs symptômes qui peuvent survenir lors d’une mycose. Dès qu’une gêne persiste, consulte un·e spécialiste de la santé (dermato, gynéco, généraliste, sage-femme)

  • Un œdème et une rougeur de la vulve ;
  • Des démangeaisons et des brûlures ;
  • Des pertes blanches inhabituelles ;
  • La présence de petits piquetés blanchâtres sur tout le pourtour du sillon autour du gland du pénis. 
  • Une rougeur ou une inflammation du gland.

Comment ça se soigne ? 

Dès lors que tu as l’un des symptôme listés au-dessus, vas voir ton·a médecin traitant·e, une sage-femme, un·e gynécologue, dermatologue ou un·e urologue. Les symptômes peuvent être similaires à d’autres pathologies, ne cherche pas à t’auto-diagnostiquer.

La mycose est traitée avec un médicament oral anti-fongique (contre les champignons). On peut, en plus, te prescrire des ovules à insérer en cas de mycose vulvo-vaginale et des crèmes pour soulager les symptômes. Il est aussi possible qu’on te fasse un prélèvement pour identifier précisément le micro-organisme en cause et proposer un traitement adapté. 

Si tu as tendance à régulièrement avoir des mycoses, en prévention, tu peux faire des cures de probiotiques qui renforcent les défenses immunitaires. Il y a également des dispositifs pharmaceutiques qui peuvent faciliter ton quotidien (ovules, crèmes, gel lavant spécialisé et hydratant, tampons au probiotiques etc.).

La team Brio ados


https://www.doctissimo.fr/sante/mycoses/mycose-genitale/mycose-vulvo-vaginale-recidivante

https://www.doctissimo.fr/html/dossiers/mycoses/articles/15191-mycoses-vulvo-vaginales-troubles-sexuels.htm

Jette un œil à ces articles aussi !