Masturbation
Définitions M

Masturbation

Masturbation, nom féminin, pratique sexuelle consistant à (se) donner du plaisir en touchant et caressant les organes génitaux.

C’est quoi ? 

La masturbation, c’est un acte sexuel qu’on pratique généralement seul·e. Il y a de très nombreuses façons de se masturber (caresses, frottements, pénétration, avec les mains, avec des jouets…). C’est un acte intime, un moment privilégié avec soi-même qui est donc propre à chacun·e. Par exemple, contrairement à ce que beaucoup pensent, si tu as un vagin, tu n’es pas obligé·e de te mettre des doigts pour te masturber. Des caresses, pressions, frottements peuvent te donner autant, voire bien plus, de plaisir

Souvent c’est une pratique que l’on commence à l’enfance. En touchant son corps à cet endroit, on peut découvrir très jeune que c’est une source de sensations agréables. À l’adolescence, pendant la puberté, le corps sécrète des hormones en grande quantité qui provoquent les changements de ton corps mais développent aussi ton désir sexuel. L’envie devient plus forte et on commence souvent à se masturber plus consciemment (mais encore une fois, aucune obligation, c’est comme tu le sens toi). 

À quoi ça sert ? 

La masturbation est un moyen d’apprendre à mieux connaître son corps, découvrir comment il est fait, explorer ce que tu aimes et ce que tu n’aimes pas…  

Se masturber permet aussi de développer son imagination, ses fantasmes qui participent aussi à la recherche du plaisir et à la découverte de la sexualité. En connaissant ton corps et tes goûts, tu seras plus à même d’avoir une sexualité épanouie avec tes partenaires. C’est d’ailleurs quelque chose qui peut se faire à deux. 

Mais ce n’est pas parce que tu te masturbes que tu te sens forcément prêt·e à commencer une sexualité à deux. Ce sont deux choses indépendantes. Écoute ton corps et tes envies sans jamais te mettre de pression.

Enfin, la masturbation a de nombreux effets bénéfiques sur la santé : elle peut diminuer les risques de cancer de la prostate et d’infection vaginale ou urinaire. Elle augmente la tonicité du plancher pelvien, elle aide à se détendre, à dormir et peut parfois être efficace contre les douleurs menstruelles. 

Est-ce-que c’est mal ? 

Depuis toujours, la masturbation est un sujet tabou. On a même dit qu’elle était un pacte avec le diable et qu’elle devait être punie (au cours de l’histoire on a inventé plein d’horreurs pour empêcher les enfants de se masturber).  Et si aujourd’hui on arrive à en parler un peu, ce n’est que très récent, tant cette pratique a souvent été considérée comme honteuse. On inventait même des légendes pour faire peur : la masturbation rend sourd·e, stupide, elle est dangereuse pour la santé, modifie la taille et la forme du pénis, rend frigide ou précoce, voire stérile… Tout cela est bien évidemment complètement faux !

En réalité, il n’y a aucune raison d’en avoir honte. C’est un acte tout à fait sain et naturel, quel que soit ton genre ! Il faut absolument sortir des clichés selon lesquels « la masturbation c’est un truc de mec et c’est dégueu que les filles le fassent ». Il n’y a rien de bizarre ou tordu à aimer ça et en avoir envie souvent. À l’inverse, c’est tout à fait possible de ne pas aimer. Comme toujours en matière de sexualité, il n’y a pas de règle et c’est un domaine extrêmement personnel. 

Te masturber régulièrement ne fait pas de toi un·e pervers·e ou un·e accro au sexe. Ta pratique de la masturbation ne définit pas ta sexualité. Le seul risque c’est de provoquer des petites irritations si tu le fais trop souvent. Dans ce cas, il vaut mieux ralentir un peu pendant quelques jours pour laisser ta peau se reposer !  Pense aussi à te laver les mains avant de te toucher, comme avant n’importe quel rapport sexuel, pour éviter tout risque d’infection.

Se masturber, c’est tromper ?

En termes de sexualité,  il vaut mieux dissocier tes pratiques solos de tes pratiques partagées. Les sensations ne sont pas forcément les mêmes et sont, bien souvent, complémentaires. Tu peux adorer avoir des relations sexuelles avec un·e partenaire, te sentir super épanoui·e dans cette relation et en même temps avoir toujours envie de te masturber. 

Comme pour tout finalement, il faut distinguer ta relation avec les autres de ta relation avec toi-même : souvent pour que la première avance il faut que la seconde fonctionne ! Si cet amour de toi passe par la masturbation, il n’y a aucun souci et c’est la même chose pour ton ou ta partenaire. En sachant vous donner du plaisir seul·es, votre sexualité à deux n’en sera que plus réussie ! 

Si c’est un vrai problème dans ton couple, il faut en parler ouvertement, expliquer pourquoi tu en as besoin de ton côté ou non et essayer de comprendre le point de vue de l’autre. Essayez de trouver ensemble un équilibre qui vous convient à tou·tes les deux, sans que personne ne se sente délaissé·e.

Se masturber quand on est en couple, c’est aussi un moyen de ne pas faire reposer tout ta sexualité sur l’autre, d’être moteur de ta propre vie sexuelle sans toujours dépendre de ton·ta partenaire et donc de mieux appréhender les différents niveaux d’envie sexuelle entre vous. 

Je ne me masturbe jamais, c’est normal ? 

Bien sûr. C’est ton corps, tes envies. Si tu ne ressens jamais le besoin de te masturber, ça ne veut pas dire que tu es bizarre. D’autant plus à l’adolescence car la puberté ne va pas au même rythme pour tout le monde.

Peut-être que ça viendra avec le temps, peut-être pas et dans tous les cas c’est ok. Il n’y a aucune obligation à se masturber ni aucun danger si tu ne le fais pas. Il y a d’autres moyens de développer ta sexualité (ou pas d’ailleurs, on n’est pas obligé·e d’aimer le sexe de manière générale, on t’en parlera dans un prochain article). 

En revanche, si lorsque tu te masturbes tu ressens un désagrément physique, une douleur ou quoi que ce soit qui te paraît anormal, il vaut mieux en parler à un·e médecin. Il ne faut surtout pas hésiter à te tourner vers un·e professionnel·le qui n’est pas là pour te juger mais pour t’écouter avec bienveillance, te rassurer et si nécessaire te soigner. Si tu ne te sens pas en confiance avec ton·ta médecin, tu as aussi le droit d’en changer.

Est-ce-que je me masturbe trop ? 

Encore une fois, il n’y a pas de règle. Mais, comme tout ce qui donne du plaisir, il peut y avoir un risque de développer une addiction. Si tu n’arrives plus à t’arrêter, que ton envie de te masturber vire à l’obsession, tu es peut-être dans un cas de « masturbation compulsive ». Il ne s’agit souvent plus d’un besoin sexuel mais plutôt d’une envie d’apaiser des tensions, une douleur psychologique, d’une anxiété très forte. Si tu te sens concerné·e, tu peux te tourner vers un·e médecin, un·e psychologue ou appeler un numéro spécialisé comme le fil santé Jeunes (0800 235 236). Tu pourras trouver tous les numéros utiles en story à la une sur notre compte insta mais également dans la rubrique dédiée de notre site.

La team Brio ados

Jette un œil à ces articles aussi !