Définitions S

Solitude

Solitude, nom féminin. Situation, état ou sentiment complexe ressenti par une personne qui se trouve isolée. Elle peut être physique ou morale, choisie ou subie, momentanée ou durable. Elle prend de nombreuses formes et peut être aussi positive que négative, selon la façon dont on la vit/ choisit de la vivre.

Quelles que soient les raisons, il nous arrive à tous·t·es à un moment de notre vie de nous retrouver seul·e, et/ou de ressentir ce sentiment de solitude. L’arrivée dans une nouvelle école, dans un nouveau boulot, dans une ville, le départ du foyer familial et l’installation dans son premier appartement, être célibataire, être confiné·e etc. sont autant d’occasions qui peuvent engendrer ce sentiment.  Ce n’est pas une fatalité! 

Je me sens seul·e quand je suis entouré·e de gens

La solitude n’est pas forcément synonyme d’isolement physique. Ce n’est pas parce que tu es entouré·e que tu n’es pas seul·e. Il est tout à fait légitime de parfois ne pas se sentir en phase avec les gens qui t’entourent. De sentir un décalage en termes d’envies, de convictions, d’attentes etc. et c’est ok. Quand c’est le cas, essaye de prendre du recul, de prendre un peu de temps pour toi, de t’isoler physiquement pour retrouver ta zone de confort. Dans ces cas-là, la solitude peut être bénéfique. Il est très important de s’entourer de gens qui te font du bien, avec qui, justement, tu as suffisamment en commun pour ne plus te sentir seul·e. 

Je sais que je suis connecté·e à plein de personnes mais je me sens quand même seul·e.

L’omniprésence des réseaux sociaux dans nos vies est un facteur de contacts très importants entre les gens à travers le monde entier. On a donc l’impression d’être constamment en contact avec d’autres personne. Il suffit d’un clic, d’un message pour entrer en contact avec des gens quand on se sent seul·e.

C’est vrai, mais ce n’est pas aussi simple. Si les réseaux nous rapprochent, ils nous éloignent aussi. Cette convivialité virtuelle rend parfois moins automatique, le fait de se retrouver en personne. Le contact en face à face peut parfois sembler plus compliqué. En ça, les réseaux peuvent être un peu piégeux. On a aussi tendance à ne pas prendre de nouvelles des personnes éloignées parce qu’elles nous donnent leur vie à voir. Mais rappelle-toi que la vie sur ces réseaux ne montre que le meilleur côté. Pense à prendre de vraies nouvelles de tes proches : un café,un appel ou de longs textos sont toujours bienvenues. 

C’est dur ne pas se sentir seul·e en 2020

2020 est une année un peu particulière : une pandémie mondiale, deux confinements, l’interdiction de voir sa famille ou ses ami·es, la fermeture des lieux de sociabilisation etc. La solitude est le vrai « problème » clé de cette année pour une grande partie de la population. En effet, si certains réussissent à apprécier et à s’épanouir pendant les confinements, pour d’autres, l’absence d’interactions sociales en dehors du foyer, la distanciation physique, la raréfaction des moments partagés sont très difficiles à vivre. 

Comment je fais pour envisager la solitude comme une opportunité et pas une fatalité? 

Se sentir seul·e ce n’est pas forcément marrant, surtout lorsque c’est une solitude imposée. Malgré tout, il faut essayer de faire en sorte de la vivre au mieux, diminuer l’impact négatif de cette solitude Réussir à la vivre comme une opportunité plutôt qu’une fatalité. Certaines personnes recherchent même cette solitude car elle fait partie de leur équilibre. 

Être seul·e, c’est l’occasion de se concentrer sur soi. Apprendre à se connaître, faire le point sur ses envies, ses rêves, ses objectifs mais aussi se faire plaisir. Prendre soin de son corps, de son esprit : écouter de la musique, regarder des films « feel good »,  etc. Savoir être seul·e, ça s’apprend.  Le tout c’est de trouver les choses que tu aimes faire seul·e, pour chérir les occasions de les faire: commencer un livre, écrire sur ton blog, écouter de la musique que tes ami·es déteste, téléphoner à ta copine/ ton copain de vacances ou jouer en ligne.Il faut commencer par le fait de se sentir bien avec soi-même et une fois qu’on y arrive, on apprécie ces moments de solitude. 

Malgré tout, on sait que ce n’est pas forcément facile, il n’y a pas de honte non plus à reconnaître que tu as besoin des autres pour être heureux·se et bien dans ta vie.

Comment en sortir de ma solitude ? 

Même si c’est plus facile à dire qu’à faire, il existe des solutions. Si tu n’aimes pas être seul.e alors essaye de te donner les moyens de ne plus l’être même si ça te fait sortir de ta zone de confort. Déjà, la première étape c’est de sortir de chez toi ! Vas te promener, voyage, rejoins une association locale, un club de sport selon tes envies et capacités, fais du bénévolat etc. Si tu ne peux pas sortir de chez toi, envoie des messages, appelle ou fais des visios avec tes proches : famille, ami·es, connaissances. Le plus important c’est d’entretenir mais aussi créer du lien social autour de toi ! 

Moi je vis très bien seul·e ! 

Être seul·e n’est pas forcément synonyme de solitude, bien au contraire! 

En effet, être seul·e n’est pas une excuse pour arrêter de faire des choses qui te font plaisir à plusieurs. Ne te mets pas de barrières inutiles dans ta vie, tu es la seule compagnie : tu peux aller au restaurant, au ciné, tu peux aussi voyager par exemple ! Rien ne t’interdit de faire tout·e seul·e ce que tu aurais fait à deux ou plusieurs. 

La solitude c’est une occasion d’être indépendant·e et il n’y a pas de honte à se suffir à soi même, c’est même une grande qualité ! 

La Team Brio

Jette un œil à ces articles aussi !