sexualité ados brio
Définitions S

Sexualité

Ensemble des activités et rapports sexuels dont le but est le plaisir charnel. La sexualité se pratique seul·e ou à plusieurs.

Elle peut aussi, associée à certains préfixes (homo-, bi-, pan-, a- etc.), relever de l’identité sexuelle, et des préférence d’une personne en matière de partenaire.

Dans cette article on te parle de sexualité de manière globale, peut importe avec qui tu le fais (ou non).

J’ai l’impression que mes ami·es sont différent·es de moi en ce qui concerne la sexualité.

Souvent à l’adolescence tu vas commencer à parler de sexe avec tes copain·ines. Parfois, tu ne te reconnaitras pas dans ce qui se dit autour de toi. Peut-être que tu as envie de faire l’amour avec des personnes du même sexe ou pas du tout. Que tu as l’impression d’aimer ou d’avoir envie de choses bizarres. Que tu as l’impression de te masturber trop ou pas assez, ou que tu n’oses ou n’aimes pas le faire. Peut-être que tu n’as pas envie des mêmes choses que ton·ta partenaire·s et que ça crée des discordes. Peut-être que tu es en couple et que tu as l’impression de ne pas assez faire l’amour. Bref plein de raisons de se sentir en décalage.

La sexualité est fluide, c’est-à-dire, qu’elle évolue tout au long de ta vie. Tes préférences, tes envies, tes attirance et ton désir change par phase et parfois même d’un jour à l’autre. Chez Brio, on préfère dire qu’il n’y a pas qu’une sexualité mais des sexualités. Il y a autant de manières de vivre sa sexualité que d’êtres humain·es sur cette terre, alors pas de panique.

Tu es à un âge où ce qu’on se dit entre ami·es est conditionné par les représentations dans les médias. Si on est bien sûres d’une chose, c’est que tout le monde se découvre, tout le temps. On apprend tous·te au fur et à mesure à comprendre, apprivoiser et accepter nos désirs. 

Heureusement les différentes sexualités sont de plus en plus et de mieux en mieux représentées dans les séries et films. Nous, on n’a pas connu de série vraiment bien sur le sujet avant Sex Education.

Je me sens parfois obligé·e de faire, d’essayer ou d’aimer certaines pratiques. 

Là encore il y a beaucoup de travail de représentation des pratiques sexuelles à faire du côté des médias. Ta sexualité ne regarde que toi. Même si c’est pas toujours facile, ne fais pas attention à ce que les autres en pensent. Tant que tu pratiques ta sexualité dans le respect du consentement mutuel, de la loi et des envies de tes partenaires, tu fais ce que tu veux. Certaines pratiques sont associées à certaines identités sexuelles, crois-nous, ça ne veut rien dire. Tu as le droit d’être un homme gay et de ne pas aimer la sodomie. D’aimer être pénétrée par un phallus et d’être lesbienne. D’être en couple et de ne pas aimer “faire l’amour”.

Ce qui est important c’est d’être en phase et patient·e avec toi-même, sinon tu vas être frustré.e. Le but du sexe, c’est de s’amuser. Découvre les choses à ton rythme. Accepte tes désirs aussi inattendus ou conventionnels soient-ils.

C’est quoi la sexualité idéale ?

Celle qui est 100% désirée et pratiquée dans le respect des limites des un.es et des autres. On ne le dira jamais assez ! C’est une sexualité dans laquelle tu as envie de la·es personne·s avec qui tu la partages, dans laquelle tu es à l’aise de dire ce dont tu as envie ou non. C’est une sexualité dans laquelle tu prends du plaisir à un, deux ou plusieurs et dans laquelle tu te sens libre.

Le sexualité idéale, c’est parfois aussi celle qui n’a pas lieu, sans culpabilité. C’est ok de ne pas avoir envie ou de changer d’avis. C’est aussi une sexualité protégée des IST, MST et des grossesses non désirées.

Le rapport sexuel parfait n’existe pas, parfois ça va être super chouette parfois moins, c’est tout à fait normal. Que ce soit pour une nuit ou plusieurs, amoureux·ses ou pas, le principal c’est de s’amuser à deux (ou plus) !

Avec qui je peux parler de sexualité ?

En cas de doute, d’inquiétudes, d’oubli de contraception, de protection, tu peux parler à quelqu’un·e de confiance. Si tu es à l’aise avec tes parents, c’est super de pouvoir leur faire confiance. Les adolescent·es qui grandissent en parlant librement avec leurs parents ont une sexualité moins précoce et plus responsable que les autres (en moyenne).

Si c’est pas le cas (on est bien placées pour le savoir), tu peux te renseigner autrement. Avec des livres, des sites éducatifs, des comptes Instagram gérés par des adultes responsables, pédagogues et bienveillant·es. Tu peux aussi contacter le Planning familial ou le Fil Santé jeune.

C’est quoi la sexualité à risque ?

Une sexualité à risque c’est :

  • Multiplier les partenaires sans vraiment le vouloir. Pour prouver des choses à toi ou aux autres, par manque d’affection, sous l’effet de substance etc.
  • Avoir des rapports sexuels sous les effets de l’alcool ou de la drogue. Dans ces cas, tu ne peux pas assurer le consentement mutuel et tu risques les oublis de protection etc. 
  • Avoir des rapports sexuels non protégés contre les maladies et les grossesses non désirées.

Pour rappel, le virus du SIDA (VIH) n’a pas disparu en France et il peut toucher tout le monde. S’il est décelé tôt, on peut très bien vivre avec le VIH non actif et ne plus être transmetteur·euse. Le meilleur moyen de s’en protéger, ainsi que de toutes les autres IST et MST) c’est de se protéger soi et les autres. Alors, utilise des préservatifs ou  des digues dentaires et fais-toi dépister régulièrement. Et, promis, tu préfères refuser un rapport non protégé que rappeler tes partenaires pour leur dire qu’ils·elles sont peut-être aussi porteur·euses d’une maladie ou infection. L’ignorance est l’ennemi de la sexualité responsable.

La team Brio ados

Jette un œil à ces articles aussi !