sécurité routière
Définitions

Sécurité Routière

Ensemble de mesures mises en place pour assurer la protection des usagers de la route contre les risques d’accident. 

Elle ne concerne pas uniquement les conducteurs d’automobiles mais bien tous les usagers quel que soit leur âge. Très jeune, tu es amené·e à t’intéresser à la sécurité routière car tu peux devenir un·e usagèr·e actif·ve des routes. C’est un très grand avantage, tu gagnes en autonomie, tu deviens adulte mais cet accès à la route présente aussi des inconvénients. Tu es vulnérable sur la route, il faut que tu sois prudent·e et que tu respectes les règles afin de ne pas mettre ta vie ou celle d’autrui en danger.  

Quelle formations à mon âge ? 

La sensibilisation à la sécurité routière commence déjà très tôt dans le cadre scolaire. Tu en a peut-être déjà entendu parler, il s’agit de l’ASSR 1 (Attestation Scolaire de Sécurité Routière)  qui se passe en général en classe de 5e (14 ans) et de l’ASSR2 qui se passe en 3e ou classe correspondante (16 ans). Les ASSR 1 et 2 sont deux formations courtes qui doivent être validées par un QCM. Un premier aperçu de l’examen du code de la route en gros. Si tu ne possèdes pas l’un de ces deux diplômes qui sont obligatoires pour l’obtention d’un premier titre de conduite comme le BSR, tu as la possibilité de passer l’ASR (Attestation de Sécurité Routière). Elle est dédiée aux plus de 16 ans en apprentissage ou déscolarisés. 

Si j’ai une déficience visuelle, quelles sont mes options ?

Si tu as une déficience visuelle ne te permettant pas de te présenter aux épreuves des ASSR ou ASR, tu n’es pas dispensé pour autant d’une formation à la sécurité routière. Celle-ci prend simplement une forme un peu différente appelée AER. Il s’agit d’une Attestation d’Éducation à la Route qui est délivrée après un examen adapté avec une sélection de questions centrées sur les piétons, les passagers et la santé. C’est une attestation de connaissance sur le partage de l’espace routier et des risques encourus par les usagers. 

Et concrètement je peux conduire quand?

À 14 ans tu es légalement autorisé·e à conduire deux types de véhicules motorisés : le cyclomoteur et le quadricycle léger à moteur. Pour ça, il faut que tu passes le BSR qui est ton premier permis de conduire, le “permis AM”.
À 15 ans tu peux apprendre de manière anticipée à conduire une voiture en conduite accompagnée.
À 16 ans tu peux te préparer au permis pour motos légères.

Nous reviendrons plus en détail sur ces premières étapes vers la conduite dans un prochain article intitulé “ Conduire ”. 

Pourquoi on t’en parle?  Quelques chiffres: 

  • 32% des 15-18 ans conduisent un véhicule motorisé  (voiture conduite accompagnée, scooter, moto légère)
  • 84% des 15-18 ans envisagent de conduire dès leurs 18 ans 

Les chiffres suivant viennent du bilan de l’année 2018. Le but n’est pas de te faire peur mais simplement de montrer concrètement pourquoi ces règles de sécurité routières sont importantes. Si les risques sont avérés, la prudence et le respect des règles ont une influence importante sur le nombre d’accidents et c’est une très bonne nouvelle!  

  • 17%  des accidents corporels (soit 9316 accidents) ont impliqué des jeunes de 0 à 17 ans. 
  • 4807 accidents concernent les 14-17 ans dont ont été 116 mortels. 
  • 2033 de ces accidents ont impliqué des cyclomoteurs dont 32 mortels.
  • Depuis 2010, le nombre de 0-17 ans tués a baissé de – 5,1 % par an en moyenne, une baisse 2 fois plus forte que celle des adultes

Quelques conseils : 

Si tu ne vis pas dans une grande ville ou encore que tu passes tes vacances dans un endroit qui ne propose pas beaucoup de transports en commun et que tu décides de sortir, la question du retour en voiture conduite par un·e ami·e à toi va souvent se poser. Une seule règle à suivre : celui·celle qui conduit c’est celui·celle qui ne boit pas ! 

Que faire si le SAM désigné a consommé de l’alcool ou d’autres substances illicites? 

  • Ne monte pas dans sa voiture ! Ne prends pas de risques inutiles. Il n’y a pas de honte à refuser de monter dans la voiture d’une personne qui a bu. Même si elle t’assure qu’elle gère, qu’elle sait ce qu’elle fait, que tu es un·e gamin·e à refuser d’être raccompagné.e à cause de quelques verres, ne cède pas. 
  • Cherche une autre solution pour rentrer, un bus ou un taxi si c’est une possibilité ou encore une autre voiture conduite par un.e ami.e  sobre si l’option se présente. 
  • Fais confiance à tes parents ! N’ai pas peur d’appeler tes parents ou ton·a responsable légal·e, quelle que soit l’heure, pour qu’ils viennent te chercher. Ils préfèreront recevoir ton appel au milieu de la nuit prouvant que tu es responsable plutôt qu’un appel des pompiers pour leur annoncer que tu as eu un accident. Fais-leur confiance, ils ne te laisseront jamais dans une situation dangereuse. Et s’ils te disputent parce que tu as bu de l’alcool ce n’est pas grave ! Il vaut mieux une petite dispute que de prendre des risques inconsidérés. Eux même t’en seront reconnaissant. 

Je suis en soirée, j’ai consommé de l’alcool mais j’avais prévu de rentrer avec mon scooter, à vélo, en trottinette ou  à pieds. 

  • En scooter: c’est non ! Alcool et conduite d’un engin motorisé sont incompatibles, c’est interdit. D’autant plus que tu es mineur et dispose d’un permis AM, tu n’as pas le droit de boire d’alcool, même pas un verre. Tu risques de perdre ton permis, tu peux avoir un accident grave car même si le cyclomoteur ne dépasse pas les 45km/h, ceux-ci peuvent être mortels. Si malgré tout tu choisis de prendre le volant sois bien conscient que tu ne mets pas seulement ta vie en danger mais aussi celle de tes passagers et celle des autres personne que tu pourras croiser sur la route.  
  • À vélo: c’est non ! N’oublie pas que le vélo en état d’ébriété est interdit et aussi dangereux. Tes réflexes sont diminués et tu es par conséquent plus vulnérable.  Et si tu n’as pas bu, à vélo de jour comme de nuit, il faut être visible ! Dans l’idéal porte des vêtements de couleur et de nuit munis toi d’une veste réfléchissante ou au minimum des bandes réfléchissantes que tu t’accroches aux chevilles. Vérifie enfin que les lumières de ton vélo sont en état de marche avant de prendre la route.
  • Il en va de même pour les trottinettes ! D’autant plus que les trottinettes électriques sont très rapides, une mauvaise chute à pleine vitesse est très dangereuse ! 
  • A pieds : même si tu ne prends pas le volant ou ne dépends pas de quelqu’un qui conduit, ce n’est pas une raison de baisser ta garde. Sois prudent·e et continue à respecter les règles (travers aux passages piétons, attendre que le feu piéton soit vert, ne pas marcher sur la route etc.). 

Les téléphones: 

Même si tu n’es pas au volant d’une voiture, le téléphone est à utiliser avec précaution. Fais attention au monde qui t’entoure. À pieds, lève ta tête de ton téléphone lorsque tu approches d’une route. N’écoute pas de musique lorsque tu prends le vélo, la trottinette ou ton scooter. N’envoie de sms que lorsque tu t’es arrêté·e à un endroit sécurisé. Lorsque tu es dans la rue, il faut que tu sois alerte afin de prévenir tout accident qui pourrait être évité. 

Derniers petits conseils pour la route : mets ta ceinture en voiture et porte un casque sur ton cyclo, vélo et trottinette.

La team Brio ados

Jette un œil à ces articles aussi !